Rencontre avec Didier Fourreau, Maître Chocolatier à Paris

image

Une petite chocolaterie, entre les beaux immeubles de la rue de Courcelles à Paris, qui ne désemplit pas… Déjà sur le trottoir, quelques effluves de chocolat nous attirent vers ce temple du chocolat ! A peine le seuil franchit, c’est une farandole de douceurs qui nous accueille dans un parfum envoutant de chocolat !

image      image

Des bonbons de chocolat, un mi-cuit sublimissime, des bouchées, des fruits confits, des marrons glacés…nos yeux virevoltent de droite et de gauche. Et puis arrive Didier Fourreau, le chocolatier et Maître des lieux.

image

Une Maison créée dans les années 50, d’abord une confiserie qui se transforme petit en petit en chocolaterie sous l’impulsion de Monsieur Rivoire, l’un des premiers propriétaires. Sa spécialité, une pâte d’amande au rhum, la « Rivoirine », existe toujours et est reproduite à l’identique par les différents chocolatiers pour pérenniser l’âme de la Maison.

image      image

Quant à notre maitre chocolatier, Didier Fourreau, il débute comme pâtissier à la fin des années 80, officie chez Coquelin Ainé, la pâtisserie gourmande de la place de Passy que certains d’entre nous ont connu, puis à la Maison du Chocolat où il apprend à travailler cette magnifique matière, et chez Dalloyau, avant d’arriver rue de Courcelles. Pour notre plus grand plaisir, il reprend la chocolaterie en 2012 et aujourd’hui il régale les amateurs de chocolats et tous les gourmands qui passent devant la vitrine.

image     image

Le plus ? Tout est fabriqué de façon artisanale. Le laboratoire est sur place, ouvert sur la boutique, toute l’équipe s’y affaire avec sérieux et bonne humeur. On touille le caramel, on recouvre les ganaches, on prépare les coffrets de chocolat, tandis que Madame Fourreau sert avec gentillesse les clients de passage ou les habitués.

image      image

La Rivoirine est toujours présente, la Châtaigne, l’un des chocolats signature de la Maison Fourreau est à l’honneur, elle existe en bonbon de chocolat ou en bouchée, c’est un coup de cœur absolu pour nous. Il y a aussi le Durango, l’une des dernières créations du chocolatier, un praliné aux noix et Pécan et citron vert, d’une grande délicatesse ou le Tobao, le mi-cuit au chocolat à vous faire défaillir d’envie.

image

Nous sommes tombées sous le charme de cette chocolaterie, de ce chocolatier passionné et respectueux des traditions et évidemment de ses chocolats !imageAdresse : www.didierfourreau.com

Février 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *